Quelques compositions en écoute

Nos âmes sont 

Nos âmes sont 

 

Nos âmes sont accrochées parfois 

dans les abysses de nos tourments 

dans l'eau des rêves de nos émois 

un jour viendra où tournera le vent.

 

Nos âmes sont telles qu'on les a laissées

abîmées, rouillées ou  choyées 

dans la passion ou l'ignorance  

dans l'illusion ou l’arrogance.

 

Je sais qu'un jour il nous faudra partir 

nous embarquer sur ce navire 

vers quel mystère, quel horizon 

où vont nos âmes quand elles s'en vont. 

 

Nos âmes sont perdues, pauvres pêcheurs 

dans l'océan de notre vie 

pour chacun de nous viendra l'heure

où nous plongerons  dans l'oubli. 

 

Je sais qu'un jour il nous faut en finir 

nous embarquer et puis partir

dernier voyage vers  l'horizon

où vont nos âmes qu'elles s'en vont.  

 

A l'unisson dans l'univers 

une illusion, un grand mystère 

je pose en vers  cette  question 

où vont nos âmes quand elles s'en vont.

 

A l'unisson dans l'univers 

une illusion, un grand mystère 

je pose en vers cette question 

où vont nos âmes quand elles s'en vont.

 

Christian Vivier alias MATCHET 

Un même soleil 

On habite sous le même soleil 

Même si on est pas tous pareils

Se ressemblant tous dans l'ensemble 

Pourtant des gens tremblent d'être ensemble 

pour toute une vie 

 

On s'ballade sur la même terre 

en y dessinant des frontières 

se supportant tous dans l'ensemble 

pourtant des gens tremblent d'être ensemble

dans un même pays 

 

Heureusement la musique 

étouffe ses instants tragiques 

cicatrise nos peines et nos douleurs, en douceur, en douceur 

Il n'y a que la musique pour casser ces mûrs de briques 

et peindre nos cœurs tout en couleur , sans douleur , en douceur 

En couleur, sans douleur, en douceur, en couleur 

 

On s'ballade tous dans l'univers 

chemin faisant, grain de poussière 

si peu de choses dans l'ensemble 

qu'notre intérêt c'est qu'on s'assemble 

 

Refrain 

 

on habite sous le même soleil

même si on est pas tous pareils

se ressemblant tous dans l'ensemble 

de même regards qui se ressemblent 

pour toute une vie 

 

refrain 

 

Christian Vivier alias MATCHET

Couleur d'ébène 

Couleur d'ébène 

 

Sur ta peau couleur d'ébène 

je ne lis pas de haine 

pourtant petite sœur africaine 

dans ton regard  je lis ta peine. 

Pas de vengeance 

rien de cela 

toi qui fut 

enfant soldat 

la violence 

tu la connais

mieux que moi 

ceux qui te jugent

sur ta couleur 

ne connaissent 

pas ta douleur 

ni tes larmes 

versées 

petite sœur. 

Sur ta peau couleur d'ébène 

je dessine une plaine 

où la paix un jour sera reine 

et la vie beaucoup plus sereine . 

Dans le silence 

combien de fois

Tu as du cacher cela 

cette violence 

qui n'est plus ton combat 

dans ton pays 

c'est la guerre 

pour les richesses 

de la terre 

tant de morts

tant de misère 

et tous ces corps 

sur la poussière . 

Sur ta peau couleur 

d’ébène 

j'écrirai le mot espoir

effaçant la haine 

mais jamais  ton histoire

prends ma main 

petite sœur 

nous aurons des jours 

meilleurs 

des lendemains 

sans haine et  sans peur 

de beaux matins 

petite sœur. 

Auberge la Teranga

           Auberge la Teranga  

 

C                         F

Auberge la Teranga 

                                      C        F

sur le bord du fleuve à St louis 

C                           F

nous posons nos bagages 

                         C        

après un long voyage 

 

                            F 

à bouffer d'la poussière 

                          C         F 

sous un ciel caniculaire 

 

Em                        Dm

l'endroit est chaleureux 

 

Em                       Dm 

fait de bric et de broc 

 

F                          G

les gens y vivent heureux 

 

F                     Gsus4/G

de soleil et de troc 

 

Auberge la Teranga 

sur le bord du fleuve à St louis 

les yeux sur l'horizon 

les pirogues à poissons

dansent légères sur l'eau 

comme le font les oiseaux 

Là-haut sur la terrasse 

quelques touristes se prélassent 

ça respire les vacances 

au pays de l'insouscience

 

C     F           C       F 

Oh ali ali a ali ali o

C     F          Gsus4/G

Oh ali ali a ali ali o

 

Auberge la Teranga 

sur le bord du fleuve à St louis 

une route défoncée 

des taxis déglingés 

A bord je suis monté 

dans un tacot tout cabossé  

mais comme on dit là-bas 

inch'allach, inch'allach

 

Oh ali ali a ali ali o

Oh ali ali a ali ali o

 

Auberge la Teranga 

sur le bord du fleuve à St louis

le village des pêcheurs 

les épices, les odeurs 

de beaux poissons fumés

sur l'étal du marché 

les gosses jouent dans la rue 

en souriant te saluent 

il y'a tell'ment d'espoir 

dans leur petits yeux noirs 

 

Auberge La Teranga 

sur le bord du fleuve à St Louis 

quelques instantanés 

d'un séjour bariolé 

souvenirs chaleureux

au pays du ciel bleu 

Là-haut sur la terrasse 

sur un transat j'ai pris place 

j'écris des cartes postales 

je suis au Sénégal  

 

Oh ali ali a ali ali o

Oh ali ali a ali ali o

Oh ali ali a ali ali o

Oh ali ali a ali ali o

 

       ad libitum 

 

MATCHET 

 

 

Poupée Barbie 

                  

                         Poupée Barbie

Petite poupée 

j'm'appelle Barbie 

je suis fabriquée en Asie

par les esclaves du Père Noël 

qui sait comment faire son oseille

car il exploite des ouvrières 

petites chinoises qu'il paie pas cher

Seize heures de trime sur la machine

poupée de rêve, poupée de chine

 

Je chante pour toi p'tite soeur

je t'envoie ces mots de mon coeur 

et pour que tu ne sois pas 

qu'un banal fait divers dans les médias.

 

Lorsque j'ai fait mon long voyage

je débarque sur les étalages 

dans ces pays où tout scintille 

je fais la joie des petites filles

mon prix vaut celui d'un salaire

d'un mois de travail d'une ouvrière

qui de toutes façons n'a pas le choix

car c'est toujours la faim qui dicte sa loi

 

 Je chante pour toi p'tite soeur 

je t'envoie ces mots de mon cœur  

et pour que tu ne sois pas 

qu'un banal fait divers dans les médias

 

Petit ballon rond comme la terre 

 cousu par les mains de la misère

les grands trusts de l'occident 

ont su exploiter les enfants 

qui pour ne pas tendre la main

et pour ne pas mourir de faim

travaillent durement sous la terreur

pour enrichir les dictateurs.

 

Dans ces pays où le sport est roi

où les marques dictent leurs lois

je fais la joie des petits garçons

victimes gâtées de la consommation

mon prix c'est la sueur et le sang

de ces enfants du Pakistan

indifférence et cœur de pierre

nos yeux se ferment à nos frontières

 

Je chante pour toi p'tit frère

pour que tu ne sois pas qu'un fait divers 

Perdu dans le paysage 

des médias de la boite à images. 

 

  Christian Vivier alias MATCHET 

                            Chet 

                    Chet 

 

Chet quand tu soufflais 

dans ta trompette 

c'est comme si de ce vent léger 

s'envolaient des violettes 

Au jardin de ton cœur 

Poussaient des notes bleues 

tout en douceur Chet

Chet t'avais quelque chose 

dans la voix 

Comme une divine déchirure 

qui nous met en émoi 

Comme  le chant d'un ange 

aussi beau, qu' étrange Chet 

 

Sur ce vinyle, un peu rayé 

Où je préfère t'écouter 

Jouer 

My funny valentine

I fall in love too easily 

I fall in love too easily 

 

Chet petit prince, always on the road 

ta vie c'était  les soirées 

dans les jazz-clubs de la West Coast

dans les volutes de fumée mais 

la poussière blanche ça fait voler Chet 

Chet quand je t'écoute rien ne me gêne 

Ta musique y'a pas de doute 

c'est comme une bouffée d'oxygène 

légère et sensuelle 

Je me sens pousser des ailes Chet

 

C'est sûr tu es au paradis 

avec les anges tes amis 

Bill  et  Charlie  

c'est sûr tu joues toujours là-haut 

tes notes planent comme les oiseaux

comme les oiseaux 

toujours plus haut. 

 

                        

                                  Christian Vivier dit Matchet 

 

Même si cela te gène 

 

Même si cela te gêne 

 

Il serait temps que tout cela s'efface 

cette idée qu'il y a des races 

car on vient tous du même continent

on a bien tous le même sang 

 

C'était  il y a des millions d'années

la génétique nous l'a prouvé 

notre mère universelle, Lucy

est née sur les terres d'Ethiopie

On vient tous de là-bas 

que tu le veuilles ou pas 

c'est écrit dans  nos gènes 

même si cela te gêne 

 

Oh ! j'ai rêvé d'un pays 

qu'on appelle Utopie 

sans frontières, sans haine et sans mépris

Oh ! combien de pays 

sont tombés dans l'oubli 

notre différence est-elle à ce prix !

 

Dans mon village, je n'avais plus d'espoir

alors je suis parti un soir 

laissant derrière moi tous les miens 

j'ai pris l'aventure en clandestin 

et j'ai traversé l'océan 

sur une barque de fortune

j'étais naïf, comme un enfant 

car je croyais décrocher la lune

 

j'suis arrivé chez toi

sans papiers, sans visa 

pas pour prendre tes biens 

mais pour nourrir les miens 

oh ! si je suis dans ton pays

ce n'est pas pour le profit 

mes enfants ont faim l'as-tu vraiment compris

oh ! comme un exilé je vis

Loin des miens, de mes amis 

si je suis ici, ce n'est que pour ma survie

 

Nous devrions connaître notre histoire

et ne pas perdre la mémoire 

car on vient tous du même continent 

dans nos veines coulent le même sang 

Ce sang que l'on a temps versé 

depuis les frontières tracées 

Que tu naisses ailleurs ou ici 

tu seras toujours un enfant de Lucy 

 

il temps que s'efface 

l'idée qu'il y'a des races 

c'est écrit dans nos gènes 

même si cela te gène

 

oh! j'ai rêvé d'un pays 

qu'on appelle Utopie 

ce pays c'est la terre, notre mère est lucy

 

oh j'ai rêvé d'un pays 

qu'on appelle Utopie 

Sans frontières, sans haine et sans mépris

 

oh! j'ai rêvé d'un pays 

oh! les hommes seraient unis 

mais penser cela, c'est peut-être l'utopie !

                                     

Christian Vivier MATCHET         

Marcher sur terre 

Marcher sur terre 

 

J'ai jamais trop su marcher sur terre 

j'ai toujours été lunaire

comme un Pierrot songeur 

 

J'étais un p'tit peu tête l'air 

dans ma vie de scolaire 

un marmot plutôt rêveur  

 

J'gribouillais sur mon cahier 

quelques vers, quelques pensées 

des semblants de poème

j'avais dans la tête un oiseau 

des voyages, des bateaux

j'étais déjà bohème

déjà bohème 

 

J'ai jamais trop su marcher sur terre

j'étais un peu réfractaire 

au chemin des écoliers

 

C'est pas que j'voulais rien faire 

mais apprendre c'est tout une affaire 

quand on est fils d'ouvrier. 

 

Tu f'ras jamais rien d'tes dix doigts 

me disait mon papa 

à gratter ton bout d'bois 

j'étais un p'tit peu rebelle 

alors j'me suis fait la belle 

j'suis parti  loin de chez moi 

pour gratter mon bout d'bois 

 

On rentre pas toujours dans les cases 

on est pas toujours très en phase 

je ne sais pas vraiment d'où ça vient 

d'avoir un âme de baladin

 

J'ai jamais trop su marcher sur terre

surtout pas pour faire la guerre 

à mon frère, à mon prochain 

 

J' vais rester dans mon univers 

fait de rimes et de vers 

chanter pour les copains 

 

J' sais bien qu'avec mes chansons 

j'gagn'rai jamais des millions 

mais des millions à quoi bon !

 

Ma richesse c'est d'avoir du temps

donner du bonheur aux gens

pour une heure, un instant 

 

J'gribouille toujours sur mon cahier 

quelques vers, quelques pensées 

maint'nant j'fais  des poèmes

toujours dans la tête un oiseau 

des voyages, des bateaux

je suis resté le même

toujours un peu bohème 

 

On rentre pas toujours dans les cases 

on est pas toujours très en phase 

c'est pour ça que je me sens bien 

dans l'univers des baladins 

                             

Et bien tu vois mon papa 

j'fais quelque chose  de mes dix doigts 

et  même si tu ne m' l'avoues pas 

j'pense que t'es  un peu fier de moi ! 

Dis-moi.

Christian Vivier alias Matchet 

 

Osez, osez ! 

Osez Osez 

 

Le monde n'est pas une marchandise 

mais il est comme une friandise 

chacun de nous peut la goûter 

si la nature est respectée 

mais cela fait d'puis trop longtemps 

qu'on nous dit consommaient bons gens 

ça fait la manne des actionnaires 

qui se foutent de polluer la terre   

 

Vois cette  ressource essentielle 

qui nous vient tout droit du ciel 

en langage courant de l'eau 

en chimie c'est H20 

mais depuis quelques années 

on parle beaucoup à son sujet 

des algues vertes dans la mer 

des pesticides dans nos verres 

 

osez, osez, 

osez vous réveillez 

osez, osez 

sinon ça va pas passer

 

SDF , Rmistes 

frères de banlieue et artistes 

paysans , citadins 

on peut changer le destin 

Réfugiés, sans papiers 

tous ceux qu'on a délaissé 

les oppressés, les opprimés 

de la démocratie bafouée 

 

Des champs de bataille sont semés

pour vouloir tuer l'humanité 

des champs de maïs sont fauchés 

car d'autres veulent la sauver 

on ne veut pas d'vos ogm 

c'est la bonne bouffe que l'on aime 

des petits fermes dans nos campagnes 

bistrots, écoles,dans nos montagnes 

 

 

Travailler plus pour gagner plus 

ils sont gonflés tous ces gugus 

il faut se serrer la ceinture 

mais moi c'est pas dans ma nature 

on nous fait peur , on nous fait croire 

tiens toi tranquille , fait pas d'histoire 

mais si on reste les bras croisés 

un jour on aura les mains liées. 

 

 

Christian Vivier dit Matchet 

 

Ne rien regretter 

Ne rien regretter 

 

Il n'faut rien regretter                                                                de ce qu'on n'a pas vu 

de ce qu'on n'a pas fait 

des vins qu'on n'a pas bus 

de ce train en partance

que l'on n'a jamais pris 

de ce coin de silence 

au soleil de sa vie 

 

Il n'faut rien regretter 

des mots qu'on n'a pas dits 

à celle qui passait 

et qu'on trouvait jolie

des bateaux qui s'en vont 

vers d'autres aventures

des vers d'une chanson 

qui sont restés ratures 

 

Les regrets sont trop lourds 

mieux vaut les souvenirs         

ma muse, mon amour 

mieux vaut les souvenirs 

 

Il nous faut regarder 

ces photos anciennes

en pensant que la vie ne sera plus la même 

apprécier ces instants, où l'âge nous invite

à prendre notre temps 

la vie passe si vite 

Les regrets sont trop lourds 

ma muse mon amour 

je n'aurais eu qu'un seul regret

si nos chemins ne s'étaient pas 

un jour croisés 

 

Il n'faut rien regretter 

des livres qu'on n'a pas lus 

de ce qu'on n'a pas fait 

de ce qu'on a perdu 

de ces voyages rêvés

qui sont restés en gare 

de ce train qui partait 

ailleurs ou nulle part.

 

Christian Vivier alias MATCHET 

Les mots 

                   Les mots 

Les mots s'envolent sur du papier 

pour que l'amour puisse voyager 

mots sages et messagers du cœur 

pour que rime au moins le bonheur 

 

les mots se glissent entres les bouches 

de ceux qui s'aiment et qui se touchent 

même s'ils ne parlent pas beaucoup 

leurs mots discrets sont tendres et doux 

 

Les mot sont comme des coups de poing 

ça peut faire mal on le sait bien 

ils frappent au fond du cœur parfois 

vous laissent mal, mal et sans voix 

 

Les mots se cachent dans le tiroir 

les mots se fâchent dans ma mémoire 

lettres enrubannées du secret 

de cet amant du temps passé 

 

Les mots sont complices des poètes 

sans qui la vie serait moins chouette 

ils  les mélangent,  on les torture 

ils jonglent avec, on les rature 

 

Alors comme des fous ils s'entêtent 

les mots deviennent des maux têtes 

à faire des livres, à faire des vers 

à faire des lignes de faits divers. 

 

 

                   Christian Vivier alias MATCHET